SHANKLAND Rébecca , 2007, Adaptation des jeunes à l’enseignement supérieur Les pédagogies nouvelles : aide à l’adaptation ou facteur de marginalisation ? Thèse de Doctorat de Psychologie Clinique et Psychopathologie Université Paris VIII Sous la direction du Professeur Serban IONESCU

Summary: Our research focuses on the adaptation of young people to higher education by comparing students from schools with new pedagogies (Steiner, Montessori, New Schools) to others from the traditional school system. It is part of a national questioning of teaching methods, in particular the transition from high school to higher education and the orientation of pupils. According to the review of the literature and the theorists behind the creation of schools with new pedagogy, it seems that this type of education promotes the development of skills and qualities allowing in particular a greater autonomy, a feeling of self – more effective, the use of problem-focused coping strategies. These characteristics are factors facilitating adaptation to higher education and even life in general. Our research hypothesis postulates that former pupils of schools with new pedagogy adapt better to higher education because of more developed potentialities during their schooling. So far no scientific studies have been carried out on this subject. We therefore propose an exploratory research on the difference in the quality of adaptation of the subjects resulting from the new pedagogies compared to the other students, analyzing the characteristics that can influence this adaptation. 2 In an exploratory way, we will also study the differences within the new pedagogies, on the one hand the subjects of Steiner and on the other the former pupils of the New Schools and Montessori. This separation into two categories is based on the differences of theory and practice between the Steiner schools and the other pedagogies taken into account in our study. Our research is divided into two parts: on the one hand, a questionnaire survey of 277 alumni from different types of education system and 400 parents of alumni in order to analyze the contributions of each Pedagogy at the level of the development of skills allowing a good adaptation to the exit of the schooling. On the other hand, a follow-up of 130 pupils from the Terminale to the second semester of the first year of higher education, with the aim of evaluating and analyzing the quality of adaptation and coping strategies used.

The quality of adaptation is assessed on the basis of satisfactory academic performance and physical and psychological well-being (low levels of anxiety and depression and satisfaction with student life). For the follow-up of the pupils, a report is proposed three times: a first time in Terminale to make an inventory of the situation concerning each pupil, then a second time just after the academic year, and finally a third time at the beginning of the second semester of Higher Education. The assessment consists of a semi-directive interview and three scales to be completed: the Coping Inventory for Stressing Situations (CISS), the Inventory of Anxiety Trait et Etat (STAI), and the Depression Inventory of Beck Abstract (BDI). The collection of data takes place over two years. The answers to the balance sheets are entered and processed on the SPSS and R software, and the answers to the questionnaires of former students and parents on Sphinx Lexica for the “text” answers, and on R for the statistical analyzes. The results obtained, after adjusting for the confounding factors, confirm our initial assumptions. Alumni of new pedagogies adapt better to entry into higher education than the subjects of the traditional system. They have better psychological well-being (lower levels of anxiety and depression, and greater life satisfaction), and higher academic performance than other subjects in the study (results obtained in the first semester). Concerning the factors that can explain this higher quality of adaptation, the statistical analyzes reveal a significant difference in favor of the subjects of the new pedagogies compared to the preferential use of coping strategies centered on the problem, the perception of a network Relational relationship more stable and supportive, and the more frequent presence of a sense of self-efficacy in relation to academic achievement. On the other hand, there are few significant differences between the new pedagogical groups, apart from a better relational network reported by the Montessori / New Schools, and higher academic results for the Steiner subjects. It is possible that by accessing a larger population there are other differences. This research track remains to be studied to see if the characteristics developed are linked to a particular method (these being very different between our two groups of new pedagogies), or rather related to the attitude of the pedagogical team (The latter being similar in the new pedagogies).

L’analyse des questionnaires « anciens élèves » et « parents » apporte des compléments d’information pour les variables ayant un impact potentiel sur l’adaptation. Les résultats soulignent notamment une déclaration plus fréquente de compétences telles que la créativité, l’autonomie, la confiance en soi et en l’avenir, chez les sujets des écoles à pédagogie nouvelle. Nos résultats indiquent ainsi que l’hypothèse d’une aide à l’adaptation pour les anciens élèves des pédagogies nouvelles est confirmée au sein de notre population. Pourtant, il semble que malgré les qualités relevées dans notre étude, ces sujets ont parfois une image d’eux-mêmes dévalorisée (complexe interne ou préjugés externes stigmatisants), au point d’en faire peut-être une source de mobilisation supplémentaire pour s’adapter de manière efficace. Il serait donc intéressant de mener une étude plus approfondie sur cet aspect. Par ailleurs, pour mesurer la qualité de l’adaptation à la société actuelle, il serait utile d’effectuer une étude concernant le suivi des sujets issus de différentes pédagogies lors de l’adaptation au monde du travail. Dans l’ensemble, notre étude exploratoire permet d’apporter une vision plus précise et objective des apports et des limites des écoles à pédagogie nouvelle concernant l’adaptation des élèves à la sortie de leur scolarité. De plus, elle oriente vers de nombreuses pistes de recherche.

Résumé : Notre recherche porte sur l’adaptation des jeunes à l’enseignement supérieur, en comparant des étudiants issus d’écoles à pédagogies nouvelles (Steiner, Montessori, Ecoles nouvelles) à d’autres issus du système scolaire traditionnel. Elle s’inscrit dans un contexte de questionnement au niveau national sur les méthodes d’enseignement, et plus particulièrement sur la transition du lycée vers l’enseignement supérieur et l’orientation des élèves. Selon la revue de la littérature et les théoriciens à l’origine de la création des écoles à pédagogie nouvelle, il semblerait que ce type d’éducation favorise le développement de compétences et de qualités permettant notamment une plus grande autonomie, un sentiment d’auto-efficacité plus important, l’utilisation de stratégies de coping centrées sur le problème. Ces caractéristiques constituent des facteurs facilitant l’adaptation à l’enseignement supérieur, voire à la vie en général. Notre hypothèse de recherche postule ainsi que les anciens élèves des écoles à pédagogie nouvelle s’adaptent mieux à l’enseignement supérieur en raison de potentialités davantage développées au cours de leur scolarité. Jusqu’à présent, aucune étude scientifique n’a été menée sur ce sujet. Nous proposons donc une recherche exploratoire sur la différence de qualité d’adaptation des sujets issus des pédagogies nouvelles comparé aux autres étudiants, en analysant les caractéristiques pouvant avoir une influence sur cette adaptation. 2 A titre exploratoire, nous étudierons également les différences au sein même des pédagogies nouvelles, avec d’un côté les sujets issus de Steiner et de l’autre, les anciens élèves des Ecoles nouvelles et Montessori. Cette séparation en deux catégorie repose sur les différences de théorie et de pratiques entre les écoles Steiner et les autres pédagogies prises en compte dans notre étude. Notre recherche se divise en deux parties : d’une part une enquête par questionnaire auprès d’une population de 277 anciens élèves issus de différents types de système pédagogiques, et de 400 parents d’anciens élèves, afin d’analyser les apports de chaque pédagogie au niveau du développement de compétences permettant une bonne adaptation à la sortie de la scolarité. D’autre part, un suivi de 130 élèves de la Terminale jusqu’au second semestre de la première année d’enseignement supérieur, dans le but d’évaluer et d’analyser la qualité d’adaptation et les stratégies de coping utilisées. La qualité de l’adaptation est évaluée d’après les critères suivants : performances scolaires satisfaisantes, et bien-être physique et psychologique (niveau d’anxiété et de dépression faibles, et satisfaction par rapport à la vie d’étudiant). Pour le suivi des élèves, un bilan est proposé à trois temps : une première fois en Terminale pour faire un état des lieux concernant chaque élève, puis une deuxième fois juste après la rentrée universitaire, et enfin une troisième fois en début de second semestre de l’enseignement supérieur. Le bilan est composé d’un entretien semi-directif et de trois échelles à compléter : l’Inventaire de Coping pour Situations Stressantes (CISS), l’Inventaire d’Anxiété Trait et Etat (STAI), et l’Inventaire de Dépression de Beck abrégé (BDI). Le recueil des données se déroule ainsi sur deux ans. Les réponses aux bilans sont saisies et traitées sur les logiciels SPSS et R, et les réponses aux questionnaires d’anciens élèves et de parents sur Sphinx Lexica pour les réponses « textes », et sur R pour les analyses statistiques. Les résultats obtenus, après ajustement sur les facteurs de confusion, confirment nos hypothèses de départ. Les anciens élèves des pédagogies nouvelles s’adaptent mieux à l’entrée dans l’enseignement supérieur que les sujets du système traditionnel. Ils présentent un meilleur bien-être psychologique (niveau d’anxiété et de dépression plus faibles, et satisfaction de la vie plus grande), et des performances scolaires supérieures aux autres sujets de l’étude (résultats obtenus au premier semestre universitaire). Concernant les facteurs pouvant expliquer cette plus grande qualité d’adaptation, les analyses statistiques révèlent une différence significative en faveur des sujets des pédagogies nouvelles par rapport à l’utilisation préférentielle de stratégies de coping centrées sur le 3 problème, la perception d’un réseau relationnel plus stable et soutenant, et la présence plus fréquente d’un sentiment d’auto-efficacité par rapport à la réussite universitaire. En revanche, peu de différences significatives apparaissent entre les groupes de pédagogies nouvelles, mis à part un meilleur réseau relationnel déclaré par les Ecoles nouvelles/Montessori, et des résultats universitaires supérieurs pour les sujets de Steiner. Il est possible qu’en ayant accès à une population plus importante, d’autres différences apparaissent. Cette piste de recherche reste à approfondir pour savoir si les caractéristiques développées sont liées à une méthode particulière (celles-ci étant très différentes entre nos deux groupes de pédagogies nouvelles), ou plutôt liées à l’attitude de l’équipe pédagogique face à l’enfant (celle-ci étant similaire dans les pédagogies nouvelles). L’analyse des questionnaires « anciens élèves » et « parents » apporte des compléments d’information pour les variables ayant un impact potentiel sur l’adaptation. Les résultats soulignent notamment une déclaration plus fréquente de compétences telles que la créativité, l’autonomie, la confiance en soi et en l’avenir, chez les sujets des écoles à pédagogie nouvelle. Nos résultats indiquent ainsi que l’hypothèse d’une aide à l’adaptation pour les anciens élèves des pédagogies nouvelles est confirmée au sein de notre population. Pourtant, il semble que malgré les qualités relevées dans notre étude, ces sujets ont parfois une image d’eux-mêmes dévalorisée (complexe interne ou préjugés externes stigmatisants), au point d’en faire peut-être une source de mobilisation supplémentaire pour s’adapter de manière efficace. Il serait donc intéressant de mener une étude plus approfondie sur cet aspect. Par ailleurs, pour mesurer la qualité de l’adaptation à la société actuelle, il serait utile d’effectuer une étude concernant le suivi des sujets issus de différentes pédagogies lors de l’adaptation au monde du travail. Dans l’ensemble, notre étude exploratoire permet d’apporter une vision plus précise et objective des apports et des limites des écoles à pédagogie nouvelle concernant l’adaptation des élèves à la sortie de leur scolarité. De plus, elle oriente vers de nombreuses pistes de recherche.

Ce contenu a été publié dans Shankland Rebecca, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire